ISSN 1968-3782
Revue en ligne des 
LITTÉRATURES FRANCOPHONES
La Tortue Verte
CRÉATIONS
ACCUEIL.
ARTICLES/Notes de Lecture.
ENTRETIENS.
CYCLE.
DOSSIERS THÉMATIQUES et ACTES de COLLOQUES.
CREATIONS.
COMITE.

SI PIERREUSES...
(Inédit - extrait de texte à paraître)
Frédéric BRIOT

1

SI PIERREUSES...
(Inédit - extrait de texte à paraître)
Frédéric BRIOT

1

Δ
il ne s’agit pas d’aller au centre de la planète de hanter ses profondeurs de parcourir les lacis de grottes et de gouffres de s’enfoncer de creuser des galeries et des souterrains et des terriers
de venir de là-haut pour s’aller mettre en bas d’en-dessous
pas de plonger
de re-créer par en-bas quelques indes noirs continents édifiés (ou de passer en dirigeable d’un pôle à l’autre en passant par le centre) quelque monde ou société autarcique
la surface ayant été fuie – par crainte par clandestinité par cataclysme comme une sécheresse une invasion une submersion ou tout calciné on dit bien alors se terrer – se terrer ou s’enterrer le même geste – y compris pour mener résistance ou conduire combats
pas un mouvement de descente non
pas un enfouissement
tanière

Ψ
non il s’agit de sortir
de sortir des pierres et des grottes
de venir de là
de procéder de cette origine minérale
au début : des pierres des rochers
des couches superposées
d’où des choses peu à peu remontent
à la surface
des essais de formes
par grappes par essaims
en mutation
des formes qui se reforment
des bulles qui n’atteindront pas
toutes la surface
bloquées en cours de remontée quelque part (à moins peut-être qu’un jour quelque malencontreux coup de pioche – ou coup de sonde, carottage, forage, foirage…)
ou se dissolvant aussi sec
sinon mettant des siècles à
2
jusqu’à forme d’extinction
aussi plein en sous-sol
remontant s’arrêtant
ou en voie évaporation

Δ
tous toutes donc enfants de la pierre et du roc
sorti.e.s de : cracher extirper jaillir
saillir surgir bondir – sortir de
gangue sortir comme d’une coquille
de marbre d’une cornée d’albâtre
comme d’une allégorie contagieuse et proliférante comme une montée soudaine enveloppante apaisante des eaux déracinées
et comme toute force exercée
de bas en haut
ça pousse ça cogne ça heurte et ça
brinqueballe
plus haut plus vite plus fort
plus lent plus entêtant plus irrésistible
la montée de la progression vers
ou le haut de :
et tout issu des pierres des rochers
du plus profond du plus profond
où ça se grouille et se turbine
où ça se croise dans les efforts vers
le haut s’accroche ou
se repousse
c’est selon

Ψ
des dieux et des monstres
des jardins de pierre des crêtes et
des arêtes
des aigrettes
3
irisations et mirages
le cristallin et les os
chimères idoles minérales
les peaux polies et
brillantes
dents qui s’émaillent s’égayent
dans toutes directions
dents semence
os semence
semence gonflement immense
dos gigantesques déformés des
creux et des hauts
dos gigantesques avec arêtes
et crêtes et
paupières closes en aigrette
semence irisation
semence monstres et dieux
pierres pierres pierres
cyprines

Δ
procéder alors d’une précision plus grande
et de plus haute
définition
le vivant au plus haut point et bien plus encore que le végétal procède du minéral
la pierre le roc le gravier sont des devenirs
toujours en devenir
voilà donc réglée la question de la carte d’identité et des origines et de ce qu’il y avait avant avant
le caillou le caillou et c’est tout
rien d’aérien ou de céleste que ce fût
un doigt traçant dessein ou des bifurcations au cours des chutes
ou encore météores apportant la petite panoplie complète ou encore bouillonnement frémissement dans marmite
4
touillée
mais pierres devenus pierres
mais pierres montantes
ne cessant de se relever
c’est toujours en poussée à partir
du bas ;
nous ne sommes pas, jamais,
une descendance

Ψ
c’est le temps des sibylles
le temps de ce qui vient et qui fait
d’un coup surgir frissonnement sans
idée aucune de quoi
c’est cela : temps frisson
et peut-être ensuite l’idée, froissée
(mais le frisson se suffit déjà à lui-même, pressentiment)
bref ça s’électrise
ce sont :
les antiques semences de demain
les grottes innombrables et fécondes
ce bavardage de fond
ces brassées d’alertes et d’invites
car
cris et soupirs c’est tout un
les désaccords s’accordent
car
c’est toujours se contredire comme
entrecroiser jambes entrecroiser
bras faire rouler langue contre
langue
car contredire
c’est ce baiser
contraire
5
Δ
jade et agathe démones lissées filant entre les doigts eau dévidée elles font bulles d’avenir et office de ce qui vient à nous plaisant ou pas – mais à toute vitesse tel jet de foudre – collision toujours et toujours imminente alors après ça collatéral ou pas on aurait tendance à plus plus qu’une guigne en comparaison de ce qui là attend : démones lâchées toute blinde allant peut-être si vite que semblance de billes même si c’était pas le cas ça semblerait tout de même
de toute leur profondeur de toute leur sombre épaisseur de toutes leurs nuances et stries de toute cette avidité matérielle les voici depuis si longtemps élancées démones frémissantes appétits aiguisés autant de démones autant de mondes
ces autres et ces unes s’obtiennent comme
par autant de précipités
et autant de cités pressées
qui deviennent

Ψ
c’est des grottes que – et des cavernes –
tout est sorti s’est répandu et
multiplié vraies cornes d’abondance
de ces grottes et cavernes à foison
(et pas la sortie hors de l’eau
ah ça non de quelque écume – l’eau
ici peut-être s’est juste parfois bornée
à pratiquer quelques ouvertures, plus
sûrement à en agrandir quelques –
un simple rôle d’appoint donc et encore)
oui bien de là sans que sache ni quoi
ni qu’est-ce que les sorties ont eu lieu
car approximativement dans le même intervalle
de temps dans différents lieux – et pas vraiment de connexions
entre ces événements ainsi redoublés – tout au
plus on notera (ou relèvera…) comme une forme de
co-incident…
6
mais s’il faut parler d’étonnement, il faut le réserver au fait de sortir – de tomber (si l’on peut dire) sur cet imprévu :
il y a
un extérieur

Δ
le temps tantôt en crabe et tantôt
en écrevisse
le monde en forme de
louve bourdon pivoine gloriette tortue
crevette serviette jetée mouillée
sur le carrelage de la salle de bain
d’un hôtel d’une soupe de nouilles
au bœuf en forme de
poulpe cascade cigarette allumée
rasoir hésitant train miniature
en forme de :
toison sauterelle ou mante pas très croyante-pratiquante en forme
de
lunettes pall mall sans filtre ou craven
A en forme de
mercure liquide pavillon ou papillon
livre corné jamais terminé en forme
de
chimère ou caresse ou toison en
forme de station-service ligne de
métro carte de tendre tire-bouchon
en forme de machine de bric-à-brac
de capharnaüm en forme
de poussières


Frédéric BRIOT
3 novembre 2019.
La Tortue Verte
Revue en ligne des Littératures Francophones
©Photo Valerie.D