ACCUEIL.
ARTICLES/Notes de Lecture.
ENTRETIENS.
CYCLE.
DOSSIERS THÉMATIQUES et ACTES de COLLOQUES.
CREATIONS.
COMITE.
La Tortue verte ISSN 1968-3782  Copyright © Tous droits réservés. Designer Graphique & Webmaster VDewaele.
Diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original
et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable. CONTACT - PROTOCOLE DE RÉDACTION (2017)
ISSN 1968-3782
Revue en ligne des 
LITTÉRATURES FRANCOPHONES
La Tortue Verte
 Dolé à la viande et aux crevettes, tartes Tatin, miniatures salées : gourmandises culinaires et autres dans l’écriture de Calixthe Beyala, Bessora et Fatou Diome 
Odile CAZENAVE, Boston University,
janvier 2011.
Les différentes parties du menu renvoient aux trois textes suivants: Comment cuisiner son mari à l’africaine de Calixthe Beyala, 53 cm de Bessora et La Préférence Nationale de Fatou Diome. Le principe structurant de ces écrits est d’aborder d’une manière provocatrice la question de la migration et de défier les normes qu’elles soient nationales, sociales, morales, épistémologiques ou littéraires, et ce à travers une prolifération de points de vue et de tonalités qui invitent le lecteur à examiner d’un peu plus près les valeurs contemporaines qui sous-tendent les discours mis en exergue. L’une et l’autre de ces auteurs, ainsi que je l’ai analysé dans Afrique sur Seine, également dans une série d’articles sur masculin/féminin et sur le discours érotique au féminin, ont renouvelé...   Lire la suite
LES HYBRIDATIONS MENSONGÈRES
(Ananda DEVI, Jean-luc RAHARIMANANA, Abdourahman WABERI)
Jean-Christophe DELMEULE, Université de Lille 3, janvier 2011.
Souvent présentée sous son angle historique et politique l’hybridation est ce mouvement conjugué de violences et d’échanges, de refus et d’appropriation, d’innovation culturelle née dans la disparition. D’un point de vue anthropologique et esthétique, tout se crée, tout se perd, tout se transforme. Il faudrait accepter les blancs de l’effacement, condition indispensable de la mémoire, les ruptures de la linéarité, condition éphémère de l’ipséité. En littérature où les langues sont métamorphosées par la saturation des strates linguistiques et des couches arbitrairement homogènes, quel sort réserver au passé et au présent ? Faut-il rêver de l’arlequin de Serres, du rhizome de Deleuze ou d’une pensée archipélique (Glissant) ? Ou plutôt s’intéresser aux... Lire la suite

EAU DE CAFÉ, OU LA CONSTRUCTION
DE L’« ENSEMBLE-MONDE »
Andrea CALÌ, Università del Salento, Lecce, Italie, février 2011.
Eau de café, prix Novembre 1991, est le deuxième roman de Raphaël Confiant écrit en français, un texte où une nouvelle conception de l’espace et du temps semble se dessiner pour construire l’ « ensemble-monde » créole et lui donner une portée mythique. De ce fait, le roman de Confiant s’inscrit pleinement dans la démarche de la nouvelle littérature antillaise en train de former ses propres mythes en s’appuyant sur ceux déjà existants des colons européens, des esclaves africains et des ouvriers indiens qui peuplent ces îles et en privilégiant la mémoire orale – née aux Antilles à partir du XVIIe siècle d’un fond de débris culturels éparpillés, puis rassemblés en mosaïque par l’expérience commune d’une réalité nouvelle −, fondamentale pour l’identité des gens de la Caraïbe. Une mémoire orale d’autant plus essentielle que les Antilles ne possèdent pas, comme le rappelle Édouard Glissant, de « mythe fondateur »...  Lire la suite

LE DOUBLE-DOUTE DANS AGAR D’ALBERT MEMMI
Patricia Llorens, Université d’Amsterdam,
janvier 2013.
Agar est le deuxième roman d’Albert Memmi, auteur judéo-maghrébin, tunisien et français depuis 1973. Il relate les tourments d’un jeune couple composé d’un Tunisien de confession juive, et de Marie, une Alsacienne catholique, durant les trois années de leur vie commune à Tunis. La préface de Memmi de l’édition de 1963 s’ouvre par une phrase de l’auteur remettant en cause la réception de Agar par la critique : « “Agar” est celui de mes livres qui a été le moins bien compris ». Celle-ci avait vu dans cette œuvre la condamnation d’une union mixte. Reprenant les termes d’Anny Dayan Rosenman, Agar « se présente comme un huis clos », un livre refermé sur lui-même qui ne mentionne aucunement les événements de 1955 et l’avènement de l’indépendance de la Tunisie. Bien qu’il ait été bien accueilli par le public, surtout aux États-Unis, Albert Memmi tint à préfacer l’édition de 1963 et à y expliquer certains points peut-être encore mal interprétés...  Lire la suite
Eileen LOHKA, La Femme, cette inconnue.
Isle de France, terre des hommes.
Île Maurice, revue « L’Atelier d‘écriture », coll. « Essais et critiques littéraires », 2013, 319 pages.
Marina SALLES. Septembre 2013.

« Je me dis qu’un jour, les enfants de notre petite île perdue chercheront à retrouver le vrai visage des femmes que nous sommes et qu’ils ne trouveront que des squelettes sans âme et sans vie dans les vieux papiers des hommes comme Janvier », cette phrase prêtée à la Francilienne Élisabeth Monneron résume la démarche et les interrogations d’Eileen Lohka qui ont abouti à la rédaction de cet essai précieux pour l’histoire des femmes et de l’île Maurice : La Femme, cette inconnue. Isle de France, terre des hommes. Professeure à l’Université de Calgary, d’origine mauricienne, Eileen Lohka a mené une enquête minutieuse, relisant les témoignages d’époque et les textes littéraires, fouillant les archives publiques ou familiales, pour réparer l’injustice faite aux femmes de l’Isle de France, condamnées à l’anonymat et à l’oubli par l’Histoire officielle.
  S’appuyant sur les travaux de Paul Ricœur, des historiens Michèle Perrot, Marc Bloch, l’essai est sous-tendu par une réflexion... Lire la suite
APPROCHE ETHNOLOGIQUE DU ROMAN À TRAVERS LE COLA
Vincent OUATTARA, UFR/Lettres et Sciences humaines, Université de Koudougou, Burkina Faso, septembre 2013.

Le but de notre propos est d'analyser le roman africain en identifiant, d’une part, les données culturelles que s’approprient les auteurs comme source d'inspiration et, d’autre part, en observant comment elles sont exploitées dans le texte littéraire. L’élément culturel qui nous intéresse est le cola. Il relève de la culture matérielle. Sa présence est fort remarquée dans le fonctionnement du roman africain à travers l’usage que les personnages en font. Quel est donc le symbolisme qu’il dégage dans un texte littéraire ? Le recours à l’ethnologie devient indispensable et justifie une méthode d’analyse interdisciplinaire sans pour autant confondre les différentes sciences.

Culture et littérature  
Dans les œuvres littéraires, on rencontre une pluralité des formes de culture qui orientent la réflexion sur la relation entre la littérature et la culture. En effet, les rapports... Lire la suite
Sommaire des ARTICLES
Nadège VELDWACHTER, Littérature francophone et mondialisation.
Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2012, 315 pages.
Claude Éric OWONO ZAMBO. Octobre 2013.

L’ouvrage de Nadège Veldwachter a le mérite de préciser la notion de « littérature » en faisant le détour nécessaire par la pensée de Jacques Leenhardt. En effet, pour ce théoricien, la littérature se réclame de l’appartenance à un triptyque : elle est livre ou objet mercantile ; elle est œuvre ou création simultanée du dire et du dit ; elle est enfin lecture ou lieu d’échange de vues entre l’auteur et le lecteur.
Cette vision systémique du livre littéraire fait de lui un matériau culturel en quête de l’humain qui a pour vocation de devenir universel. C’est pourquoi Nadège Veldwachter voit en la littérature une aspiration à la mondialisation à travers toutes les formes de déterritorialisation que cela implique. Depuis l’écriture, en passant par la publication et la distribution, l’« industrie du livre » contemporain vogue en fusion avec une demande de culture internationale. Le « marché du livre » actuel éclaire pleinement ce propos et cette réalité. Il est à la conquête de la planète même si... Lire la suite
Sommaire des Notes de Lecture
Fatou DIOME, Celles qui attendent.
[Flammarion 2010], éditions J’AI LU, 2013, 287 pages.
Marine BALSACK. Mai 2014.

Dans Celles qui attendent, Fatou Diome transporte une nouvelle fois son lecteur au large du Sénégal, mais se concentre sur la perspective de celles qui espèrent. Notamment quatre femmes Arame et Bougna qui ont vu partir leurs fils, alors que pour Coumba et Daba il s’agit de leurs époux.
L’espace du roman est une île personnifiée de façon récurrente.  Parfois affaiblie, elle reflète l’attitude des insulaires victimes d’une pesanteur impitoyable : « Dans cette torpeur de l’après-midi, l’île reprenait son souffle comme une vieille dame fatiguée de traîner sa mémoire. » (P, 54) Elle s’apparente alors aux habitants en proie à un fatalisme constant, car ils savent que leur existence est condamnée à se satisfaire de ce lieu-là : « Soir insulaire, soir coupé du monde, morne, comme un temps volé à la vie » (P, 94). Et même si leurs rêves les poussent à la quitter, à s’en éloigner, tels les flux et reflux des marées, ils sont sans cesse ramenés vers Elle, cette étendue de terre ferme, isolée, détachée. Parfois insolente... Lire la suite
Cilas KEMEDJIO, Mongo Beti – Le combattant fatigué. Une biographie intellectuelle.
Berlin, Lit VERLAG, coll. « Littératures et cultures francophones hors d’Europe », n° 7, 2013, 429 p.
Gérard KEUBEUNG. Février 2016

Mongo Beti – Le combattant fatigué est un résumé-analyse de la vie de Mongo Beti, de son vrai nom Alexandre Biyidi Awala, écrivain-militant de la lutte anticolonialiste de la première heure. Comme l’indique le sous-titre, cette biographie est un savant mélange des éléments de sa vie pour éclairer son activité intellectuelle et vice-versa.  L’auteur, Cilas Kemedjio dans cet ensemble volumineux de 429 pages divisées en deux parties, restitue le parcours de celui qui était considéré comme la figure de proue des « radicaux noirs de la langue française » (P, 58). Cet itinéraire tortueux, Kemedjio le juge riche en enseignements, et souligne les nombreuses embûches qui ont jalonné le chemin de Mongo Beti, contraint à un exil de trente-deux ans et qui meurt le 7 octobre 2011, à 23 h 45, dans le pays pour lequel il s’est battu toute sa vie : le Cameroun. Le combat a été long et éreintant pour cet homme qui s’est à maintes reprises ... Lire la suite
TOUS LES CHEMINS MÈNENT
À LA « BELLE INCONNUE »

Sylvie FREYERMUTH, Université du Luxembourg
Décembre 2016.

La synthèse des communications présentées lors d’un colloque est un exercice périlleux auquel nous nous sommes livrée de bonne grâce. Nous souhaitons ardemment avoir été fidèle dans la restitution de toutes les informations que nous avons engrangées avec le plus vif intérêt, et si d’aventure certains propos s’éloignaient peu ou prou de leur modèle, nous en assumons la pleine responsabilité et prie les contributeurs de nous pardonner.

Littérature francophone luxembourgeoise
et légitimité
Frank Wilhelm a ouvert les travaux par une conférence inaugurale qui a clairement délimité le cadre de ces journées en évoquant le positionnement problématique de la littérature francophone luxembourgeoise. Celle-ci est écartelée entre ipséité et autonomie d’une part,
Lire la suite
Claude FROIDMONT, Chez Mauriac à Malagar.
Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « For intérieur », 2016, 238 p.
Esther BAIWIR et al. Avril 2017.

CHEZ FROIDMONT AU NORD :
LECTURES POLYPHONIQUES D’UNE QUÊTE IDENTITAIRE

Chez Mauriac à Malagar de Claude Froidmont relate, sous un pseudonyme, le récit autobiographique de « Claude D * » (P, 20), lorsqu'il était étudiant liégeois, après l'obtention d'une bourse afin d'effectuer des recherches sur François Mauriac, écrivain français mythique « du XIXe siècle » (P, 19). Le roman commence alors qu’âgé de 27 ans, il arrive à Malagar pour s'installer dans l'ancienne demeure de l'auteur et se charger de « la guidance du musée » (P, 46). Le récit, à la première personne, nous invite à entrer dans l’intimité la plus absolue du jeune Froidmont, et à assister à ses soubresauts émotionnels : entre vagues d'enthousiasme, de frénésie intense, de doutes maladifs, de sensations d'infériorité, d’adoration exacerbée et de questionnement identitaire. Cependant, une polyphonie narrative s’instaure... Lire la suite